Guy Braun - Graveur & Peintre
Accueil > Cours > Les cours à l’année

Les cours à l’année

PDF - 39.7 ko
Petit Précis de Gravure

Dans le cadre de l’association Renaissance et culture de Coupvray j’assure deux heures de cours dans un espace merveilleux : l’ancienne ferme du château de Coupvray 77 Marne la Vallée.

Les cours ont lieu le mercredi de 19 h 30 à 21 h 30


Découverte de la gravure et de ses techniques :

La progression est envisagée pour un public débutant. Elle vise à faire connaître les techniques sèches (essentiellement la pointe sèche) et les techniques (humides, eau forte) à base de perchlorure de fer. Ces dernières permettent une réalisation plus gratifiante des travaux personnels.
A côté de la méthode de transfert et de réalisation des dessins, il faut rapidement passer à l’apprentissage de l’impression. L’encrage, l’essuyage, et l’estampage de l’épreuve sont des moments riches en émotions qui valent largement les joies du dessin.
Enfin, la gravure engendre généralement une atmosphère d’atelier particulière, outre les échanges, les conseils et les recettes propres à chacun, il faut savoir s’organiser. Travailler ensemble et laisser à chaque fois l’endroit impeccable. Cette discipline fait partie intégrante de la gravure et de l’apprentissage de la vie en atelier. Le rangement commence généralement un quart d’heure à une demie heure avant la fin du cours selon l’activité..

Il est donc possible de proposer une première approche qui explique comment préparer une plaque de cuivre ou de zinc (biseautage, dégraissage etc.). Dans la même séance on pourra commencer un dessin que l’on déposera à l’envers (ou non) sur la plaque grâce à une pointe sèche ou tout autre outil (roulette) susceptible de laisser une trace dans le métal.

Lors des séances suivantes, les différents rythmes devraient permettre que certains terminent leur dessin pendant que d’autres passent à l’encrage ou au tirage. Il est de coutume que l’on assiste tous à la nouvelle étape pour profiter des remarques du professeur, cela crée une réflexion collective plus riche que le simple cours particulier. Le premier encrage, le premier essuyage, le premier passage sous la presse etc. ensuite les conseils peuvent être répétés pour chacun individuellement.

Les séances suivantes offriront la découverte des « cuisines » liées à la morsure dans le perchlorure de fer. Comme pour la photo, il faut maîtriser le temps de morsure, selon que l’on désire plus ou moins de noirs. De même la gravure à l’acide permet de se confronter aux charmes des valeurs et nuances de gris par le biais de la résine. Cette dernière, une fois « collée » sur la plaque, laisse un mouchetage qui protège le métal ce qui permet de dégager des nuances grâce aux différences de densité des grains et au temps de passage dans l’acide (aquatinte).

Enfin des techniques particulières de transfert du dessin peuvent créer des effets étonnants. Ce sont par exemples les vertus du vernis mou qui permet l’imitation du trait de crayon. Ainsi sont réalisées les gravures anciennes qui imitent la sanguine. Dans ce dernier type d’exercice, plus que la gravure, c’est l’art du vernis qui est en jeu. Les recettes se portent alors sur la dureté du vernis.

Pour conclure et pour ceux que cela intéresse, il est possible d’aborder la technique la plus orthodoxe : le dessin au burin. Il faut dans ce cas être très minutieux et savoir affûter un outil de façon parfaite.

En dehors de la pratique, la gravure est un monde de collectionneur. Le principe du multiple fait que l’on s’intéresse aux états, épreuves d’artiste, numérotages des tirages, qualité du papier, remarques et contre épreuves…

J’ai réalisé un cd-rom sur le sujet (film retraçant les différentes étapes) qu’il est possible d’emprunter.

Guy BRAUN

Voir en ligne : association Renaissance et culture de Coupvray


nous contacter | sommaire | rédaction | haut de page

Anne Mounic | | Temporel.fr